Le 25 et 26 Juin dernier, le GT Tour faisait étape au circuit du Val de Vienne. L’objectif pour moi était de confirmer mes bons résultats de Dijon trois semaines auparavant. Le but était clair : rester dans le top 5 et jouer le podium afin de récoler la tête au championnat.  

 

Essais libres : Durant la première demi-heure d’essais, je découvre un circuit très technique, pas spécialement amusant mais très atypique. A la fin de la séance je suis loin, très loin, à plus de 2 seconde et 5 dixième du meilleur temps.

Je place bien sure la raison de cet écart sur l’inexpérience, l’usure des pneus et la méconnaissance du tracé. Lors de la deuxième séance, je suis vraiment à l’attaque, je cherche les limites de la voitures mais cela ne paye toujours pas, mon temps s’améliore que d’une demi seconde, ce qui me laisse toujours à 2 seconde de la tête. La situation est pour moi incompréhensible, je n’ai jamais été aussi loin depuis mes débuts en karting.

 

 

 

GT TOUR VAL DE VIENNE : 
Un weekend cauchemar

Essais Qualificatifs : Je pars concentré et plus motivé que jamais, avec des pneus neufs et un long travail d’analyse grâce aux vidéos embarquées et aux acquisitions de données informatiques. Toute cette motivation sera réduite à néant, après 4 très bon tours, la sanction tombe : « P19 Valentin, t’es P19, la séance est finie, rentre » m’annonce-t-on.  Je reste sans voix, car paradoxalement je sais que je viens de réaliser l’une de mes plus belles qualifications en termes de limites et de constance. Là j’en suis sure, il y a un problème sur la voiture. Mais lequel ? Je me sens plutôt bien dedans, le moteur est bon … Je n’ai pas de solutions et mon ingénieur Roland Reiss non plus.

 

Course 1 : Je pars donc 19ème sur la grille, le départ est lancé. Je gagne instantanément 5 positions, je suis 14ème, mais incapable de suivre le rythme des concurrents qui me précédent.  Je fais donc le « bouchon », ne cédant qu’une place dans le dernier tour. Je finis 15ème et je peux qualifier cette course de « pire course de ma vie ». La voiture avait beaucoup de mal à tourner, il m’était impossible de freiner « normalement ». L’horreur.

 

Course 2 : Pour cette deuxième course, je m’étais remotivé bien évidement, et le but était de marquer quelques points précieux pour le championnat. Comme depuis le début du weekend, ma motivation sera de courte durée. En effet, je retrouve un volant avec 20 degrés d’angle sur la droite. Je prends un bon départ, je me retrouve 11ème au bout de quelques virages. Seulement à chaque tour je prends 10 degrés de plus dans le volant, si bien qu’au 5ème tour, la direction lâche complètement. La course est terminée sans que je n’aie eu de contact. La déception est immense, je dois abandonner. Une chose est par contre certaine, cette contre-performance n’est pas liée à moi : une pièce que permettait de fixer la suspension était en train de se dessouder tout au long du weekend.

 

Ce weekend est donc totalement à effacer. Je ne peux malheureusement rien en tirer si ce n’est 4 petits points au championnat pour les quels j’ai du me battre jusqu’au bout.

Maintenant l’heure est au repos. Au programme, sport et cardio’ pour revenir en très bonne conditions physique et je l’espère, avoir la chance de participer au meeting d’Albi les 3 et 4 septembre prochain, plus motivé que jamais.